S'abonner aux flux R.S.S. - Laure de la Raudière

Déremboursement des médicaments contre la maladie d’Alzheimer : le gouvernement laisse les malades et leur entourage sans solution. - 20 juillet 2018

Récemment, deux personnes de la circonscription sont venues me voir, pour me dire combien le déremboursement de 4 médicaments destinés à lutter contre la maladie d’Alzheimer était problématique pour leur conjoint atteint par cette maladie.

En effet, la Ministre de la Santé a décidé, sur recommandations de la Haute Autorité de Santé, de procéder au déremboursement de ces 4 médicaments à compter du 1er juin 2018. Cette décision est justifiée, selon elle, par le manque d’efficacité de ces médicaments, voire par leur dangerosité.

 

Or, plusieurs associations de médecins et de malades, et c’est le cas également des deux personnes qui sont venues me voir à ma permanence, soulignent le vrai bénéfice apporté par ces traitements, qui permettent d’améliorer la qualité de vie du patient, mais également de ceux qui vivent avec lui quotidiennement.

 

En fait, ce déremboursement va créer une médecine à deux vitesses avec ceux qui pourront s’acheter ces médicaments non remboursés, et ceux qui ne le pourront pas.

Pour toutes ces raisons, j’ai tenu à interroger la Ministre de la Santé lors d’une séance de questions au gouvernement: VOIR ICI

 

Pour voir la séance clicker sur la photo

 

La Ministre de la Santé m’a répondu qu’elle entendait mettre en œuvre de médecines plus douces, grâce aux thérapies psycho-comportementales et “réadaptatives”, en investissement l’argent économisé par le déremboursement.

 

Or, si je partage la nécessité de développer ce type d’accompagnement, force est de constater toutes les familles touchées par cette maladie savent que l’accès à ces soins ne sont aujourd’hui pas à la hauteur des besoins et qu’il faudra plusieurs années pour pouvoir proposer un accompagnement qui y réponde.

 

En Eure-et-Loir, département en pleine désertification médicale, l’accès à des psychomotriciens, des ergothérapeutes, des orthophonistes, des psychologues et psychiatres, est extrêmement difficile, voire impossible. Le gouvernement laisse, malheureusement, les malades d’Alzheimer en Eure-et-Loir sans solution alternative !

 

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Pseudo (requis)

Mail (requis) - Ne sera pas publié

Commentaire

Code sur l'image ci-contre

Cette étape permet d'éviter les messages automatisés.

   


Partager