S'abonner aux flux R.S.S. - Laure de la Raudière

À la rencontre de la médecine 2.0 à Mainvilliers: visite de l'Institut de diabétologie et de nutrition du Centre. - 14 mars 2017

Au bord de la rocade de Chartres à Mainvilliers, se tient un grand bâtiment moderne qui abrite depuis février 2016 un établissement de 81 chambres: l’Institut de diabétologie et de nutrition du Centre, une clinique ultramoderne dédiée à ces pathologies

 

Monsieur Thierry Coignet son directeur, Madame Marie-Laure Lévêque directrice du pôle prospective stratégie marketing et le docteur Bekka, médecin diabétologue, qui ont découvert mon intérêt pour les nouvelles technologies et les objets connectés via la lecture de mon rapport à ce sujet, m’ont fait le plaisir de m’y inviter afin de me familiariser avec le travail des équipes de médecins, de diététiciennes, psychologues, éducateurs physiques, infirmières et assistantes sociales.

 

J’ai découvert un établissement médical clair, accueillant et là la pointe du progrès, comme en témoignent les photos ci-dessous.

La prise en charge de chaque patient, pour un séjour de 3 semaines, est totalement personnalisée.

Mais ce qui m’a plus intéressé encore, c’est la découverte de l’utilisation des objets connectés et de la télé-medecine pour les patients souffrants de diabète et d’obésité.

 

J’ai visité les chambres équipées d’un ordinateur surplombant le lit,  qui permet bien entendu d’utiliser toutes les fonctionnalités d’Internet, téléconférence, télévision, radio, mais aussi de consulter directement le dossier numérique médical du patient/client par le médecin, et de suivre en temps réel les programmes personnalisés de soins.

 

Une cuisine industrielle multiposte permet à chacun de découvrir comment préparer ses repas en fonction de son régime particulier, grâce à des ateliers dédiés.

Une vaste gymnase permet de programmer des cessions d’activités physiques personnalisées sous la houlette de 4 éducateurs sportifs et il existe même un bassin de balnéothérapie (qui ne ferait pas rougir un grand hôtel) pour les exercices d'aquagym.

 

Nous sommes ensuite passés au coeur du sujet: l'utilisation des objets connectés pour améliorer les traitements médicaux.

J'ai découvert ainsi l’expérimentation qui est menée auprès d’une cinquantaine de personnes souffrant de diabète, une première en France: un capteur de glycémie en temps réel, communicant de « machine à machine » avec une pompe régulant automatiquement le taux d’insuline injecté des patients souffrants de cette pathologie.

Cela permet d'assurer une meilleur observance des soins et de prévenir les risques d'hypoglycémie (ou d'hyperglycémie) et les complications médicales associées.

 

D'autres ateliers m'ont permis de découvrir des technologies qui montrent que ce centre n'hésite pas à innover et à expérimenter pour améliorer l'offre aux patients.

J’y retournerais bientôt pour participer à une table ronde sur ces sujets afin de mieux faire connaître le travail de ces équipes dynamiques.

Je me réjouis vivement de voir de telles initiatives se développer au sein même de notre circonscription, et je leur souhaite toute la réussite qu’elles méritent.

 

 

 

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Pseudo (requis)

Mail (requis) - Ne sera pas publié

Commentaire

Code sur l'image ci-contre

Cette étape permet d'éviter les messages automatisés.

   


Partager