S'abonner aux flux R.S.S. - Laure de la Raudière

Révolution Blockchain : la France en tête de course ! - 28 novembre 2019

Vous le savez, je travaille depuis plusieurs mois sur les enjeux de la technologie « blockchain », et j’ai rédigé, avec mon collègue Jean-Michel Mis, un rapport parlementaire sur ce sujet l’année dernière[1]. Le mathématicien Jean-Paul Delahaye décrit la blockchain publique (car il existe des blockchain privée) comme « un très grand cahier, que tout le monde peut lire librement et gratuitement, sur lequel tout le monde peut écrire, mais qui est impossible à effacer et indestructible. ». C’est un moyen technologique de certifier les échanges.

 

Cela constitue à mon sens une révolution qui sera aussi puissante que l’arrivée de l’internet dans nos vies. De nombreux métiers sont amenés à disparaître par exemple… Nous devons anticiper cela, et surtout créer notre propre technologie et nos propres services pour pouvoir concurrencer les Américains et les Asiatiques. Ce n’est qu’à cette condition que nous pourrons préserver notre souveraineté, c’est-à-dire notre liberté, notre démocratie, notre économie. Pour cela, nous devons impérativement agir tout de suite pour prendre cette avance sur nos concurrents, et ne pas perdre la bataille comme ce fut le cas avec Internet.

 

Depuis plusieurs mois, j’interpelle donc les décideurs politiques sur ce point, afin de leur faire prendre conscience de l’urgence de la situation et de la nécessité de mettre en place un cadre juridique, des conditions économiques favorables au développement d’une technologie blockchain.

 

Récemment, j’ai adressé un courrier en ce sens à Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie et des Finances.

 

Dans sa réponse, il m’indique que la France a réalisé d’importantes avancées dans ce domaine. Tout d’abord en matière juridique où dès 2017, nous avons été l’un des premiers pays européens à mettre en place un environnement légal permettant le transfert de titres financiers sur une blockchain. La loi Pacte est venue compléter ce dispositif ; ainsi que des mesures fiscales et comptables prises en 2018. Il s’agit du cadre le plus important et le plus ambitieux existant aujourd’hui dans le monde pour promouvoir la blockchain dans les services financiers.

 

Par ailleurs, la stratégie nationale « blockchain » a permis le développement de cette technologie dans un certain nombre de secteurs : 200 entreprises françaises porteuses de projets blockchain ont été financées à travers le fond pour l’innovation de rupture (qui sera abondé par la vente d’ADP) ou encore par le plan Deep Tech lancé par Bpifrance.

 

L’objectif affiché par le Ministre des Finances est de traduire ces avancées au niveau européen, par l’adoption d’un cadre qui s’inspirerait très largement du modèle français, et qui pourrait même aller plus loin, notamment en droit financier.

 

Comme vous le voyez, les choses avancent positivement. Néanmoins, nous ne devons pas baisser la garde, et il me tient à cœur de continuer à sensibiliser au maximum sur ce sujet essentiel pour la préservation de la souveraineté de la France.

 

[1] http://www.assemblee-nationale.fr/15/pdf/rap-info/i1501.pdf

2 Commentaires

Laisser un commentaire*

Pseudo (requis)

Mail (requis) - Ne sera pas publié

Commentaire

Code sur l'image ci-contre

Cette étape permet d'éviter les messages automatisés.

   

*En soumettant un commentaire, vous reconnaissez avoir pris connaissance de notre politique de gestion des données personnelles et vous l’acceptez.


Partager



Politique de confidentialité   |   Plan du site   |  Gestion des cookies

Clikeo Agence Clikeo